jeudi 31 juillet 2014

La vie fortement épicée de Madame Lavigne

La vie épicée de Charlotte Lavigne, tome 2
Bulles de champagne et sucre à la crème

Charlotte va enfin épouser son Maxou ! Voilà la bonne nouvelle qui promet un début en beauté. Mais comme toujours, tout ne va pas aussi bien que notre québécoise préférée le souhaiterait. Devenue une des co-présentatrices phares de l’émission Totalement Roxanne, elle est sollicitée par les producteurs pour faire de son mariage… une télé-réalité orchestrée par les spectatrices ! Choix de la robe, du dessert, de la salle de balle, tout y passe. Et pour simplifier les choses, sans rien en dire à Maxou… 
Finalement le mariage se passe, et plutôt bien, malgré quelques gaffes familiales et autres peines de cœur amicales. Charlotte est ravie, elle a son Maxou pour elle et pour la vie. Et bientôt, à elle la vie parisienne !
Deux semaines après son mariage, Charlotte y est. A Paris, enfin. Paris et ses macarrons, ses vins, bref, sa gastronomie. Et on sait que Charlotte ADORE ça ! Mais c’est sans compter le caractère des parisiens, les caprices de sa belle-mère et le boulot prenant de son mari. Le bon Bordeaux prend alors un goût amer… surtout quand on n’a personne avec qui le partager. Ugo et Aïsha lui manquent, et Charlotte a bien du mal à se faire des amis à Paris. Notre héroïne pleine de vie commence à dépérir…

Je n’en dirai pas plus pour ne pas gâcher le suspense, d’autant plus que pour moi, la fin a été une véritable surprise. Connaissant la bonne humeur et l’enthousiasme propre à ces romans, je ne pensais pas que l’histoire du tome 2 prendrait un tournant si… réaliste pourrais-je dire. On est loin de la vie sucrée et un tantinet superficielle que menait Charlotte à Montréal. On croque vraiment dans le piment, et pas le piment qui épice agréablement un plat plein de soleil ; plutôt du piment qui brûle, et dont le piquant douloureusement intense est difficile à endiguer. Charlotte est en proie avec la vie, la vraie, celle qui fait mal et qu’un plat de spaghetti au pesto maison ne suffit pas à faire oublier. Notre québécoise enjouée a du mal à vivre seule, au milieu de l’arrogance parisienne et d’une certaine indifférence familiale.
J’ai vraiment aimé cette dimension plus rude, plus dure. Cela confère à ce roman, que je pensais plus que léger, une dimension humaine touchante. J'ai eu davantage l'impression de pouvoir m'identifier à l'héroïne. Ajoutez à cela le ton toujours génial, saupoudré de bonnes expressions québécoises ; le caractère de folie de Charlotte ;  l’amour que lui porte Ugo, son meilleur ami, et vous obtenez un superbe roman, plein de vie et d’aventures rocambolesques… mais pas toujours drôles.
J’ai hâte que le tome suivant sorte au Livre de Poche !

C'était également sympa de voir l'idée que peuvent se faire les Québécois de Paris, une des plus belles villes du monde certes, mais pas celle dont les habitants sont les plus sympathiques ! 



Aucun commentaire:

Publier un commentaire