mercredi 11 avril 2018

Un petit troisième chez Syros : Mock Boys de Marie Leymarie

Mock Boys, Marie Leymarie
Editions Syros jeunesse
Paru le 5 avril 2018
432 pages
17.95 euros

Raoul et Baptiste sont les garçons cool du lycée, beaux, drôles, à l'aise et bons danseurs. Raoul a en plus un incroyable sens de la répartie, nargue les profs et n'a peur de rien, surtout avec les filles. Leur cursus en danse contemporaine leur permet en plus d'accrocher tous les regards lors des soirées. Raoul et Baptiste ont fait très naturellement le pari de sortir avec le plus de filles possible, sans se laisser prendre par l'émotion, sans tomber amoureux. Mais quel est l'enjeu exact de ce pari ? Que devient Baptiste si Raoul n'est plus là pour lui ? Et à l'inverse, que reste-il de Raoul sans Baptiste ? 

C'est une bromance comme on en voit peu, cette histoire d'amitié très forte entre les deux garçons. Cette amitié qui les pousse à renoncer à ce qu'ils sont vraiment, à devenir des "mock boys", c'est à dire des garçons "factices". 
To mock, déf : (verbe) se moquer, tourner en dérision; (adj) faux, factice. 
La polysémie de ce terme anglais est exploitée à fond avec nos deux loustics. Raoul est l'incarnation même du mocking boy, et Baptiste celui du mock boy. Depuis toujours, les rôles sont partagés : le premier tourne tout en dérision, le second cache sa véritable sensibilité. L'auteur a vraiment trouvé un titre et des thèmes intelligents, intéressants. Elle nous plonge en profondeur dans la psychologie des adolescents, et pour une fois on s'éloigne de la caricature. Ses personnages, même les personnages secondaires, sont plus complexes que les stéréotypes qu'on a souvent l'occasion de croiser dans la littérature de jeunesse : Raoul est plus qu'un dragueur relou; Baptiste est plus qu'un grand timide; Sandy, malgré son prénom, cache une complexité insoupçonnée. J'ai beaucoup aimé cela, cette manière que l'auteur a eu de faire vivre ses personnages comme de vraies personnes. Victimes des aléas de la vie, des sentiments, des faux-semblants. Son roman sonne vrai. Bien sûr il met en avant certains passages obligés de l'adolescence, mais sans en faire trop. J'ai eu parfois l'impression que les personnages avaient plus de 15 ans, en regard de leurs discours, de leurs atermoiements, de leurs interrogations. Plus qu'un roman ado, c'est selon moi un roman réussi sur LES ados. 

Bravo à Marie Leymarie pour ce roman qui se lit très bien, dont certains passages sont profonds et justes, où la psychologie a la part belle sans tomber dans les clichés. Malgré le cadre de la danse, qui finalement n'est qu'un décor pour ces personnages-marionnettes dont par moment les fils tombent, on est loin des idées que les séries télé offrent de ce genre de milieu. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire