lundi 19 décembre 2011

Ce qu'on nous dit de Vera Candida

Ce que je sais de Vera Candida, Véronique Ovaldé

Ce roman est un peu comme un conte. Tout y est doux et un peu cruel par moments. Tout est sucré et un peu amer parfois. Il y a de jolies choses et puis des moins agréables, mais l’ensemble entraîne harmonieusement. Vers où ?
Vers une île sur laquelle ont vécu trois générations de femmes, trois « amazones » comme on les appelle. Des amazones qui ont survécu à une vie qui ne leur a pas réservé que de bonnes surprises. Tout commence avec Rose Bustamente, qui a connu tous les hommes de Vatapuna, tous ses poissons volants, tous ses lézards et autres bêbettes, avant de se retrouver dans les draps de Jeronimo, tombé amoureux d’elle. De cette rencontre inopinée entre deux personnes ne devant jamais se rencontrer est né un bébé, Violette. C’est chouette, mais elle était un peu bête. Elle a donc couché elle aussi avec un homme, est elle aussi tombée enceinte, a elle aussi mis au monde une fille. Par contre, elle, elle ne l’a pas tellement élevée, sa Vera Candida. La petite est restée livrée à elle-même un certain temps avant que sa grand-mère ne la prenne en main, et qu’elle devienne l’héroïne de ce roman.
Vera Candida va finir par quitter l’île et partir à l’aventure, portant elle aussi un enfant en elle. Elle séjourne dans un palais pour Morues, travaille de nuit dans une usine de paniers-repas, rencontre un journaliste embarqué dans un tas de sombres affaires, et finit avec un cancer de l’estomac.
Mais son histoire avec le journaliste reste fort jolie, puisqu’il va l’aimer pendant des années avant qu’elle ne daigne franchir avec lui le pas de l’intimité. Et une fois accrochée, elle va y rester jusqu’à la fin, passionnée, aimante, heureuse. Une belle vie dans l’amour…
Bref, un roman accrocheur, exotique, tout en douceur mais sans mièvrerie, abordant des sujets cruels tels que le viol, l’inceste, la maladie et les trafics en tous genres. Un roman qui se lit d’une traite ou presque (j’ai fait une longue escale au pays de la diète…), et qui vaut le coup, malgré les apparences qui peuvent être rebutantes au cours des premiers chapitres. Un vrai plaisir. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire