lundi 11 janvier 2016

Première lecture commune de 2016

Ainsi puis-je mourir, Vivian Moore
Première lecture commune de l'année, et quelle lecture ! Avec Accalia, cela fait au moins 2 mois que nous l'avions prévue, (repérée chez Bénédicte, merci encore à elle !) mais nous attendions le bon moment. Il est enfin venu. Je vous avoue que j'étais un peu sceptique... et un peu en panne de lecture depuis mercredi. Pour tout vous dire je ne suis pas parvenue à continuer Angor de Franck Thilliez, que j'avais pourtant démarré sur la chapeaux de roues. L'intrigue policière qui se mêle à la quête d'une gendarme sur sa greffe cardiaque, c'est génial. Après avoir lu très vite les 100 premières pages, je me suis très vite essoufflée...et ai abandonné le livre. Sans doute pour toujours. J'ai poussé jusqu'à dépasser les 200 pages mais ça n'a pas pris. Tant pis ! Et je pense que ça n'enlève rien à la valeur de ce polar, dont je n'entends que de bonnes choses. Mais fi de tout cela, je ne suis pas ici de vous parler d'un polar mais d'Ainsi puis-je mourir de Vivian Moore. Comment qualifier ce livre d'ailleurs ? Roman sans doute, mais avec une forte tendance historique. Le récit du personnage principal, une romancière qui a épousé l'héritier du château des Ravalet à Tourlaville, alterne avec celui qu'elle écrit à propos de Marguerite de Ravalet et de son frère, les amants maudits. 
Dit comme ça, ça paraît vraiment glauque et tragique; pour ma part j'ai trouvé que la relation qui unit les deux jeunes gens est plutôt belle avant tout, sauf peut-être la fin (mais pas de spoil !). En revanche, celle qui lie la romancière à son mari est des plus étranges... Mariés au bout d'un mois, ils n'ont pas eu tellement le temps de se connaître que déjà Gabrielle s'installe au château. Pour son plus grand bonheur d'ailleurs. Non pas que la vie de châtelaine l'enchante; mais elle a la chance d'évoluer dans les mêmes murs que son héroïne d'il y a 600 ans. Quoi de mieux pour une romancière ?
C'est ce que j'ai le plus apprécié dans ce livre : le fait que son personnage principal écrive. On la suit dans son quotidien au rythme quasi monacal, entièrement centré sur ce roman à la lisière de la fiction et de l'Histoire. A chaque fois je suis conquise. En plus s'ajoute à cela une ambiance à la Rebecca, que j'avais adoré. Tout pour me plaire. Et ultime point positif : j'ai vraiment apprécié rencontrer presque à chaque chapitre des lieux que je connais de nom, ou bien que je côtoie au quotidien, dont ma librairie préférée, Ryst ! C'est la première fois que cela m'arrive, et je trouve que ça ajoute un petit quelque chose à l'ensemble; en plus, je n'oublierai pas ma lecture de si tôt en passant dans les lieux en question. Je ne passerai plus devant la pancarte qui mène au Château des Ravalet avec la même innocence...
Ceci étant, je ne mettrais pas non plus la note parfaite à ce livre. J'ai trouvé la fin un peu niaise et décevante, à la manière de Gabrielle. Trop hantée par ses personnages, trop sensible, trop tout , simplement. J'ai également trouvé les personnages secondaires de l'intrigue principale trop peu fouillés; on a envie d'en savoir plus sur le mari de l'écrivain par exemple. 
Mais dans l'ensemble, ce fut une très bonne lecture. J'ai d'ailleurs tourné les pages très vite, ce qui arrive rarement. En un peu plus de 24 heures, il était terminé. Nos échanges pour la LC s'en trouvèrent un peu amenuis, mais nous nous rattraperons :) !! Nous trouvons facilement des titres en communs avec Accalia. 

Pour illustrer cette lecture somme toute assez sinistre, j'ai choisi un tableau de John William WATERHOUSE, datant de 1888. Il s'agit de La Dame de Shalott. Cette huile sur toile de taille modeste (153x200 cm) représente l'héroïne d'un poème de Tennyson (contemporain du peintre), inspirée de la légende arthurienne.
Condamnée à vivre recluse dans une tour, avec pour seul passe-temps sa broderie, la jeune femme ne doit à aucun prix regarder par la fenêtre. Mais lorsque Lancelot passe par là.. malédiction. Plus rien ne la retient, elle se précipite pour le voir... et se condamne. Cette peinture représente ses derniers instants, quand elle descend la rivière vers Camelot, et vers sa propre mort.
Le regard de la jeune femme me semble particulièrement glauque et tragique; elle sait qu'elle va mourir, et affronte son destin le front haut. On la croirait presque déjà morte en fait... Elle me fait un peu peur... Mais j'ai quand même tenu à mettre ce tableau car les représentations pré-raphaélites me plaisent toujours beaucoup, de par leurs couleurs chaudes, leur verdoyance et leurs représentations de la nature. Et il colle parfaitement à l'histoire de Marguerite : belle mais funeste. 

18 commentaires:

  1. Ravie d'avoir fait cette LC ensemble, tu es plus tendre que moi dans ta chronique, c'est bien! J'imagine bien que de reconnaître les endroits dont l'auteure parle doit te plaire beaucoup: moi aussi j'aime bien lire des noms de ville que je connais bien et reconnaître certains endroits!

    Dommage pour le polar...

    J'adooore les œuvres de John William Waterhouse! Il fait vraiment partie de mes artistes préférés! Je ne connaissais pas l'histoire de ce tableau...merci beaucoup pour ces explications!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je suis plus tendre, mais j'espère que je ne donne pas un avis trop enthousiaste... Heureusement que ta chronique est là pour contrebalancer.
      L'histoire du tableau est super intéressante c'est sûr ! Elle fait froid dans le dos par contre, et ça va bien avec celle de Gabrielle.
      Le polar est un bon, je n'ai tout simplement pas accroché à la manière dont les personnages et l'intrigue évoluent. Et je n'ai pas hésité à abandonner...!

      Supprimer
  2. Ah ben elle tombe bien cette chronique, il est dans ma WL depuis des plombes, et je compte clairement me le prendre en 2016 (enfin, j'espère). Même si la note n'est pas parfaite, ça m'a suffit pour me donner encore plus envie ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En plus la couverture est super jolie :)
      Lis tout de même la chronique d'Accalia pour être sûre, mais j'ai bien l'impression qu'il te plaira.

      Supprimer
  3. Il me donne bien envie grâce à cette chronique.
    De manière générale, j'aille bien les livres avec une histoire dans l'histoire, et le fait que la narratrice soit aussi auteure me plaît bien aussi. Bref, j'espère pouvoir me le procurer

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tant mieux alors ! Toutefois il y a des bémols à ce livre, heureusement qu'Accalia les a soulevés. Mais pour ma part, j'ai été assez charmée.

      Supprimer
  4. Je n'avais encore jamais entendu parler de ce livre et tu m'as vraiment donné envie de le découvrir... Je suis maudite à cause de toi, à chaque fois j'achète de nouveaux livres alors que j'en ai déjà trop ! Le tableau que tu as choisi pour illustrer cette lecture est superbe.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lol c'est une belle malédiction que je t'impose là ^^
      Oui je le trouve superbe aussi ce tableau, malgré le visage très angoissant du personnage...

      Supprimer
  5. Je suis jaloux, on ne fait pas de LC :-o ^^
    Ce livre-ci, il est pas pojr moi. Roman avec de l'historique? Non merci!
    C'est dommage que tu n'ai pas su finir Angor :( et comment tu trouve Twilight

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime bien Twilight, même si le roman ressemble trop au film pour le moment ^^ (bon point pour le film ceci étant :p)
      On trouvera une lecture commune, patience !!
      Je ne suis pas super bon public pour les polars on dirait...

      Supprimer
    2. Non, apparemment les polars ne sont pas pour toi ^^
      J'avais beaucoup aimé Twilight mais je sais pas si j'aimerais encore maintenant. ..

      Supprimer
  6. Dommage pour la fin un peu niaise, tu m'as quand même donne envie de le lire!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tant mieux alors !! :)
      En plus la couverture est vraiment belle, même (et surtout !) en édition de Poche.

      Supprimer
  7. c'est une découverte, je ne connaissais pas du tout Vivianne Moore ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chouette chouette si je vous donne des idées :)

      Supprimer
  8. C'est dommage que tu n'aies pas réussi à finir Angor. Mais je te comprends, ça ne sert à rien de se forcer ;)

    Je ne connais pas du tout ce livre, je crois bien n'en avoir jamais entendu parler. L'histoire ne me tente pas plus que cela. Par contre j'aime beaucoup le tableau aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui il est superbe mais assez flippant...
      Pour Angor c'est dommage, l'intrigue était top, mais je n'ai pas voulu me forcer. Il y a des petits détails qui m'ont fait décrocher, des longueurs, ... Mais je sais que c'est un bon livre, c'est seulement que ça n'a pas fonctionné à ce moment là avec moi...

      Je pense bien à aller lire ton TAG aussi ! J'attends d'avoir un peu plus de temps devant moi (les copies, trop chronophage !!)

      Supprimer
  9. Je suis fan absolue de ce tableau que je fais étudier à mes élèves et que j'aime aller voir à Londres.

    RépondreSupprimer