dimanche 26 mars 2017

C'est dimanche, qu'est-ce qu'on lit sous le plaid ? #3

Hello tout le monde !
On est dimanche, il est donc temps de vous faire un petit bilan de mes lectures :)

Qu'est-ce que j'ai lu cette semaine ? 



Comme je vous le disais la dernière fois, j'ai été sauvée d'une panne de lecture de gravité 3 sur "l'échelle de la panne" (numérotée de 1 à 10, donc 3 ça va ^^). Sauvée par qui ? Franck Thilliez bien sûr ! J'ai donc passé plusieurs jours avec AtomKa, que j'ai beaucoup aimé, comme toujours. Mais je dois vous avouer quelque chose... je ne l'ai pas terminé. Il me reste un bon quart du roman à lire encore, et ce depuis quelques jours. Mon ressenti est ambigu : d'un sens je me dis que ça me laisse l'opportunité de lire encore du Thilliez sans en entamer un nouveau quand j'aurais envie de quelque chose de sûr. Mais d'un autre côté j'ai ressenti une sorte de lassitude... J'ai trouvé que ce roman prenait le même schéma que tous les autres. Comme dans le tome précédent, Sharko et Lucie sont sur une affaire glauque, liée à des tests scientifiques, et encore une fois ils se séparent pour mener à bien leurs recherches, l'un en France, l'autre à l'étranger. J'ai trouvé ça répétitif. Peut-être aussi que les lire de manière aussi rapprochée n'aide pas. Enfin quoi qu'il en soit, je ne connais pas la fin mais j'ai passé de bons moments avant :)

J'ai eu envie d'arrêter le polar pour lire un roman jeunesse dont ma collègue du CDI m'avait parlé, Mistik Lake, d'une auteur québécoise. Ce roman raconte l'histoire d'Odella, une jeune fille dont la maman a été traumatisée par un accident de voiture sur un lac quand elle était jeune. Elle a été la seule à sortir de la carcasse engloutie dans le lac gelé... Mais le roman n'évoque pas ce tragique accident; il est plutôt question de ce qui se trame atour de la famille d'Odella. Il y a des retours en arrière sur l'histoire de sa grand-tante homosexuelle (une situation difficile à l'époque), et des passages dans le présent. Odella va vivre ses premiers émois amoureux et c'est plutôt mignon. Au-delà de ça c'est un roman un peu étrange, on ne sait pas toujours bien où l'auteur veut en venir. Il y a un secret de famille, qu'on découvre à la fin, mais je ne m'en étais pas immédiatement doutée. J'ai eu l'impression de lire un roman jeunesse sociétale, illustrant les mœurs et tabous de la société québécoise. Ce ne fut pas un mauvais moment de lecture, mais je ne pense pas en conserver un souvenir impérissable. 

Qu'est-ce que je lis en ce moment ? 


C'est un roman sur lequel je ne me serais jamais retournée si un élève ne me l'avait pas prêté, en me vantant ses mérites... Dissonance représente tout ce que je crains : un univers avec ses propres règles (j'ai toujours peur de m'y perdre), de la magie que je pense incompréhensible (quand ça dépasse Harry Potter je me noie) et une héroïne basique, dévergondée et qui transgresse toutes les règles (bon pour ça j'avais raison ^^). Mais je me suis lancée, en me disant que je verrais bien... et j'avoue avoir du mal à poser ce roman ! Je suis entrée assez facilement dans l'histoire de Delancey, une jeune filel capable de passer d'un monde à l'autre (on ne peut pas ne pas penser à Ewilan !), amoureuse d'un certain Simon et qui va aller au-devant des ennuis. Je vous joins le résumé, parce que je suis quasiment incapable de vous le faire par moi-même (le côté "trop compliqué" de l'univers...^^ mais je m'y retrouve !)

A chaque fois que nous faisons un choix, un monde s'ouvre en parallèle du nôtre et nos doubles, " les échos ", y mènent leur propre vie. Del est ce qu'on appelle une Marcheuse. Elle a le pouvoir de passer d'une réalité à l'autre et est chargée de maintenir l'harmonie entre les mondes. Dans ces univers parallèles, elle ne cesse de croiser différentes versions de Simon Lane, le garçon dont elle est tombée amoureuse. En se rapprochant de celui qu'elle aime, Del va se rendre compte qu'une dissonance perturbe les échos... Elle va rapidement découvrir que le conseil des Marcheurs cache un terrible secret. Un secret qui pourrait bouleverser l'univers tout entier.

Ce que j'apprécie particulièrement pour le moment c'est la quête amoureuse de Del, la relation qu'elle a avec son meilleur ami et les références au langage musicale. Comme le laisse présager le titre, il est question d'harmonie et autres termes musicaux. Les Marcheurs sont en effet des personnes à l'oreille très développée, qui repèrent les ruptures et autres dissonances des mondes et des échos. C'est le petit truc en plus qui fait que j'apprécie ma lecture :). D'ailleurs je me demande pourquoi on a pas parlé davantage de ce roman... Peut-être parce qu'il n'est pas très novateur dans ses idées; c'est un mélange entre la Quête d'Ewilan et la romance... D'ailleurs c'est publié dans la collection WIZ, ce veut tout dire. Enfin je vous en dirai plus quand je l'aurai terminé !

La question du jour

Qu'est-ce qui nous donne envie de commencer un roman et d'en poursuivre la lecture ? 

Pour ma part je crois que le style est un critère important, il faut que je sente que je ne vais pas avoir de bug en lisant, que je ne vais pas achopper sur une tournure de phrase un peu... achoppante ^^. Et sinon il faut que ce que vivent les personnages me parle. Dans le cas de ma lecture en cours, j'apprécie le fait qu'elle soit amoureuse, et que ça se passe dans une école. Chez Franck Thilliez, ce sont les personnages principaux, tourmentés et énigmatiques, qui font que j'adore ces polars.
Et vous, qu'est-ce qui vous branche ? Vaste question ! 

2 commentaires:

  1. Aïe dommage pour le Thilliez :( A mon avis c'est, comme tu le dit, parce que tu les a enchaîné trop vite... Du coup tu te lasse un peu :)
    Mistik lake ne m'attire pas du tout... Surtout que tu n'a pas l'air plus convaincu que ça :p
    Enfin, Dissonance me tente bien de par son histoire mais la couv'... Heu... Bof ^^ Oui, je sais il ne faut pas juger là-dessus mais je ne m'arrêterais pas dessus de moi même :p

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que la couverture est pas géniale...

      Supprimer